Le Mai 68 des sportifs et des éducateurs physiques - Toulouse (Haute-Garonne) 29/05/2018 - 01/06/2018

Le-Mai-68-des-sportifs-et-des-éducateurs-physiques

Colloque international, Université Paul Sabatier, 29 mai au 1er juin 2018

L’ambition de ce colloque consiste à se saisir de l’opportunité offerte par le recul du temps et le renouvellement des générations de chercheurs pour porter un regard neuf et distancié sur la crise du printemps 68 dans l’univers des sports, des loisirs et de l’éducation physiques.

Il entend solliciter des interventions visant à préciser dans quelle mesure Mai 68 manifeste une rupture ou une continuité dans le monde « sportif ». Elles pourront porter sur la genèse de cette crise en s’interrogeant sur la présence des « signes annonciateurs » dans l’univers des pratiques sportives, socioéducatives et de loisir.

Elles pourront s’intéresser également aux effets immédiats des mouvements de contestation du printemps 68 sur les institutions (fédérations sportives, ministère en charge de la Jeunesse et des Sports, ENSEP, IREPS, CREPS, secteur scolaire…) mais aussi sur les sportifs (sportifs professionnels, femmes sportives, étudiants et pratiquants des clubs locaux…) et les pratiques elles-mêmes du point de vue des innovations pédagogiques, des stratégies de subversion, du renouvellement des pratiques…

Enfin, elles pourront prendre en compte la postérité de Mai 68 en discutant de l’émergence éventuelle d’une « contre-culture » corporelle, de la formalisation de pratiques nouvelles (course libre, escalade libre, vol libre, expression corporelle, gymnastiques douces…) ainsi que des transferts culturels tant du point de vue de la circulation des cadres de références philosophiques et politiques que des sensibilités et des pratiques corporelles aux différentes échelles d’appréhension.

Elles s’appuieront sur des données empiriques issues de différents terrains autour des sept thématiques suivantes, toutes situées autour de 1968 :

1. Les pratiques physiques, leurs transformations, leurs renouvellements dans le cadre fédéral et l’émergence d’activités nouvelles souvent à sa périphérie ;
2. Les innovations et les débats dans les milieux pédagogiques, scolaires ou socioéducatifs ;
3. Les questions du genre dans les pratiques physiques entre revendication égalitaire et différenciation sexuée ;
4. Les formes de mobilisations dans l’univers des sportifs professionnels et des éducateurs ;
5. L’affirmation d’une « contre-culture corporelle » et les manifestations d’un « éthos alternatif » ;
6. Les débats critiques et les contestations politiques de l’ordre sportif.

Date limite pour déposer un proposition de communication : 1er décembre 2017

Consulter l'appel à communication (version anglaise disponible)