Développer les sports de nature en Europe

Deux objectifs sous-tendent l’action du Pôle ressources national sports de nature (PRNSN) en matière de coopération européenne dans le domaine des sports et loisirs de nature. En premier lieu, il s’agit de comparer le modèle français de développement maîtrisé des sports de nature avec d’autres modèles européens, afin de l’enrichir et de le promouvoir. Deuxièmement, de favoriser la mise en œuvre de projets communs, la mise en relation d’acteurs et de territoires et la reconnaissance de l’intérêt du développement maîtrisé des sports de nature au niveau européen. L’atteinte de ces deux objectifs implique une contribution active aux orientations communautaires sur le sport et les politiques de cohésion.

C’est dans ce cadre que le PRNSN a lancé et organisé les rencontres européennes des acteurs des sports de nature, puis a œuvré à la création d’un réseau européen des acteurs sports de nature (ENOS, pour European Network of Outdoor Sports), officialisé en octobre 2013.

Hormis l’activité de lobbying qu’il exerce, ENOS fait émerger des projets européens. Le projet intitulé Boss – Benefits of Outdoor Sports for Society – a été financé par la Commission européenne dans le cadre du programme Erasmus+. Ce qui a permis à onze pays européens de collaborer pour élaborer une méthode destinée à accompagner les acteurs du développement des sports de nature qui souhaitent mettre en évidence l’impact de leurs projets ou activités. In fine, cette méthode doit permettre d’encourager et de faciliter la réalisation de projets de développement des sports de nature, et la reconnaissance de leurs bénéfices par les acteurs publics et privés.

Le réseau européen des sports de nature

Le réseau ENOS, pour European Network of Outdoor Sports, a été créé à la suite de la conférence Nature & Sports Euro’meet qui s'est tenue en 2011 à Annecy (France). Il a été officialisé lors de l'édition 2013 de Nature & Sports Euro'meet à Liptovsky Mikulas (Slovaquie).

Le ministère français chargé des Sports est moteur dans la création de ce réseau européen des sports de nature dont les objectifs sont les suivants :

  1. Représenter les sports de nature en Europe.
  2. Promouvoir les bénéfices des sports de nature, leurs bienfaits pour la santé physique et mentale et le bien-être, l'éducation, le développement économique, la citoyenneté européenne, la sensibilisation à l'environnement et le développement territorial.
  3. Soutenir l'organisation et la gestion des sports de nature à la fois sur une base nationale et transnationale.
  4. Encourager les approches transnationales et la reconnaissance des dirigeants, des instructeurs et des entraîneurs, afin de développer la mobilité et l'emploi.
  5. Développer les initiatives qui favorisent l'accès et l'utilisation responsable et durable des espaces naturels.

Les prochaines rencontres européennes des sports de nature auront lieu à Silkeborg (Danemark) du 7 au 9 septembre 2021

Consulter le site web ENOS

Sports de nature, outdoor ou plein air ?

L’article L311-1 du Code du sport désigne sous le terme de sports de nature les activités physiques et sportives en milieu naturel : « Les sports de nature s'exercent dans des espaces ou sur des sites et itinéraires qui peuvent comprendre des voies, des terrains et des souterrains du domaine public ou privé des collectivités publiques ou appartenant à des propriétaires privés, ainsi que des cours d'eau domaniaux ou non domaniaux ». Les sports de nature réfèrent à un milieu de pratique : ils « s’exercent en milieu naturel, agricole et forestier – terrestre, aquatique ou aérien – aménagé ou non » (instruction n° 04-131 JS du 12 août 2004).

Cette définition française, si elle fonde l’intervention de pouvoirs publics et en particulier, localement, la compétence du conseil départemental en matière de plan départemental des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature (Pdesi), n’a pas son équivalent à l’étranger. La concentration de la population française en zones urbaines, la mise en œuvre d’activités dans des espaces artificiels, la porosité entre des activités sportives, de loisirs ou utilitaires amènent à adopter, également, une segmentation des activités par les conditions de pratique plutôt que par les lieux de pratique.

L’outdoor (en extérieur, en plein air) prend alors le pas sur les sports de nature (dans la nature, y compris aménagée). Cet anglicisme, qui présente l’avantage d’être d’ores et déjà d’usage courant en Europe, recouvre néanmoins des acceptions différentes selon les pays.

BOSS, la méthode pour mesurer l’impact social des sports de nature

Le terme d’impact social est employé, en général, pour désigner les changements, provoqués par une activité sur la société. Dans le contexte des sports de nature, la notion d’impact social est utilisée pour mettre en évidence les effets des sports de nature sur la société, au-delà de la mesure classique des seules retombées économiques directes.

Entre 2016 et 2019, une coopération de onze pays européens a travaillé à l’élaboration d’une méthode destinée à accompagner les acteurs du développement des sports de nature qui souhaitent mettre en évidence l’impact de leurs projets ou activités. La mise à disposition de la Boîte à outils BOSS a pour but d’encourager et de faciliter la réalisation de projets de développement des sports de nature, et la reconnaissance de leurs bénéfices par les acteurs publics et privés.

Financée par la Commission européenne dans le cadre du programme Erasmus+ et pilotée par le Pôle ressources national sports de nature, la collaboration s’est appuyée sur un large champ de recherche scientifique et sur une diversité d’expériences d’acteurs de terrain, membres du Réseau européen des sports de nature (ENOS).

Consulter le site web BOSS (www.outdoorsportsbenefits.eu)

Lien vers le PDF interactif du projet BOSS

Pourquoi utiliser la boîte à outils BOSS ?

  • Identifier de façon systématique et structurée l’impact social d’un projet ou d’une activité.
  • Rendre possible le suivi et l’optimisation de l’impact social des projets mis en œuvre.
  • Permettre de développer ou d’approfondir la relation avec les investisseurs institutionnels et privés en fournissant des clés de lecture de qualité.
  • Se doter d’arguments pour convaincre de l’intérêt à investir dans les sports nature en fournissant aux investisseurs des clés d’interprétation qui permettent de dépasser les standards ordinaires de mesure de l’impact économique.
  • Promouvoir des politiques de développement et un accompagnement des projets qui prennent davantage en compte les besoins des usagers, publics et pratiquants.
  • Promouvoir la valeur réelle des sports de nature.