Arnaud Lecus : « Il existe un vrai besoin d’outil de géolocalisation, ce n’est pas seulement une mode. »

26/11/2019
Visuel-PRNSN-entretien-arnaudlecus

Arnaud Lecus
Fondateur et cogérant de Visorando

Arnaud, vous êtes un des fondateurs et cogérant de la société Visorando qui occupe une place prédominante sur le marché français des applications mobiles en randonnée. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre entreprise ?

Visorando est une plateforme web à destination des randonneurs. Mon cousin Fabien et moi l’avons créée en 2010. Notre objectif est de proposer gratuitement des idées de randonnée en France, et de plus en plus à l’étranger. Plus de 14 500 itinéraires de randonnées – téléchargeables au format PDF et accompagnés d'une carte topographique au 1 : 25 000 – sont aujourd’hui proposés sur le site www.visorando.com.

L’ensemble de ces itinéraires est également disponible via l’application mobile qui permet de transformer son smartphone en GPS de randonnée. À ce jour, plus d’un million de personnes l’utilisent régulièrement.

Pour parvenir à ces résultats, nous avons mis en place un modèle communautaire qui invite chacun – qu’il soit particulier ou professionnel – à partager ses randonnées. Nous attachons une importance primordiale à la qualité des circuits proposés. C’est pourquoi, tous les circuits sont sélectionnés avec soin et précision par une équipe de modérateurs, avec un fonctionnement proche de l’évaluation par les pairs, communément utilisé dans la recherche scientifique.

C’est ce souci de la qualité du contenu qui différencie Visorando des autres acteurs du domaine.

Pensez-vous que la pratique connectée en randonnée pédestre puisse encore se développer ?

Le smartphone est un outil qui a changé la manière de randonner de beaucoup d’entre nous. D’après les résultats d’une enquête grand public que nous avons menée en septembre 2018, 56 % des randonneurs ne savent pas lire une carte IGN. La question de l’orientation est clairement un frein à la pratique de la randonnée, le balisage des circuits sur le terrain ne permettant d’y remédier qu’en partie seulement.

La fonction de localisation disponible sur les smartphones est très puissante et simple d’utilisation, elle rassure les utilisateurs. Par exemple, sur l’application Visorando, la position du randonneur apparaît sous la forme d’un point qui se déplace en même temps que l’utilisateur marche et le tracé à suivre est en rouge à l’écran. Pour ne pas se perdre, il suffit donc de faire en sorte que le point reste sur le tracé. C’est enfantin et il n’y a pas besoin de savoir lire une carte pour y arriver.

Nous croisons régulièrement des personnes sur les sentiers qui nous confient qu’ils n’auraient jamais osé partir seuls en randonnée, sans l’application. Il existe donc un vrai besoin, et pas seulement une mode.

Au-delà de cet aspect, la pratique connectée de la randonnée permet de faire remonter des informations du terrain. Ainsi, nous récoltons chaque mois plusieurs milliers d’avis sur nos circuits. Cela nous permet de garder à jour, quasiment en temps réel, les informations que nous diffusons sur le site et l’application mobile.

En savoir plus

Visorando : visorando.com

Partager

Autres actualités pouvant vous intéresser