Pour mieux gérer les espaces de pratique, collectons des tracés GPS !

01/03/2021
SKI_RANDO_OUTDOORVISION

Recueillir les tracés GPS enregistrés par les pratiquants de sports de nature, les transformer en information précieuse et les rendre accessibles aux acteurs impliqués dans le développement maîtrisé des sports de nature, tel est l’objectif du projet Outdoorvision.

À l’instar des projets de science participative, la réussite d’Outdoorvision repose sur une participation massive des pratiquants de sports de nature. En effet, plus le nombre de personnes partageant leurs traces GPS sera élevé, plus les possibilités de voir et d’analyser, grâce à un même outil, l’activité outdoor d’un territoire seront grandes.

Les intérêts sont multiples. Les utilisateurs cibles de la plateforme Outdoorvision auront à leur disposition un outil d’aide à la décision pour, à titre d’exemple, optimiser la fréquentation des lieux de pratique et augmenter la qualité de l’offre. En contribuant à ce dispositif, les adeptes des sports de nature bénéficieront in fine de l’amélioration générale des conditions de pratique sur leur territoire (accès aux sites, signalétique, résolution des conflits d’usages, sécurisation, etc.).

Un volume de plusieurs millions de pratiquants outdoor connectés

Extrait. La pratique d’activités physiques et sportives non encadrées en Île-de-France. Les dossiers de l’IRDS, n° 40. Institut Paris Région, janvier 2021. 

Dans son article Le Big data, une nouvelle voie pour vos politiques en matière d’outdoor, publié en novembre 2019, le Pôle ressources national sports de nature (PRNSN) pointait la montée en puissance de l’utilisation des objets connectés dans les pratiques sportives. Une étude menée par l’Institut régional de développement du sport (Institut Paris Région) et publiée en janvier 2021, présente des chiffres sur l’usage du numérique par les sportifs non encadrés qui confirment que la pratique sportive connectée n’est pas qu’une mode.

Les sports outdoor n’échappent pas à ce phénomène. À l’échelle de la région Île-de-France, « le numérique est prégnant dans les sports d’itinérance : 59 % des coureurs à pied y ont recours ; 45 % des cyclistes et 41 % des randonneurs ». Ce qui laisse imaginer, à l’échelle nationale, plusieurs millions de pratiquants connectés dont un quart utiliseraient la fonctionnalité d’enregistrement du parcours effectué. Des millions de tracés sont ainsi stockés sur les serveurs des marques d’objets connectés. Une trace étant constituée de points horodatés et géolocalisés, il est possible dans un système d’information géographique de reconstituer et de visualiser l’usage sportif dans le temps et dans l’espace. La visualisation et l’analyse automatisée de ces tracés GPS ainsi révèlent ainsi la « vie sportive » du territoire. Cette connaissance fine, au fil des journées et des saisons, peut permettre aux gestionnaires de sites de pratiques d’adapter l’offre à la réalité des pratiques outdoor et plus particulièrement d’amener des informations objectives sur leur fréquentation.

L’enjeu de la connaissance des fréquentations

L’été 2020 dans un contexte de déconfinement et l’hiver 2021 sans remontées mécaniques ont généré des flux de pratiquants différemment répartis qu’à l’accoutumée. Certains espaces, tel le parc national des Calanques, combinant la proximité d’une grande métropole et un littoral attractif, cherchent à limiter les fréquentations pour ne pas subir de tels afflux de population ce qui n’est pas sans provoquer des tensions entre représentants de pratiquants outdoor et gestionnaire de sites. Inversement les sites de ski nordique de moyenne montagne ou de ski de randonnée habituellement moins fréquentés que les stations alpines ont bénéficié d’une partie du report de ces pratiquants.

Organiser la pratique, orienter ces nouveaux flux de façon réactive sur certaines zones pour en délester d’autres nécessite d’observer avec précision les pratiquants. Cependant, dans l’exercice de quantification de la fréquentation des sites et de spatialisation des pratiques, les gestionnaires d’espaces de pratique se heurtent aujourd’hui aux limites des campagnes de comptage par observation directe. Ces opérations donnent accès à la vérité d’un jour, doivent être reconduites pour produire une connaissance utile (densité moyenne, pics de fréquentation, temporalité…) et sont chronophages. La création de solutions d’analyse automatisée constitue donc une alternative prometteuse.

Différentes méthodes et expériences ont été partagées lors du séminaire intitulé Loisirs sportifs en mer et sur le littoral : mieux connaître les usages et les usagers (14,15 et 16 décembre 2020). Parmi les solutions de comptage, l’agrégation des traces GPS est la piste expérimentée par le PRNSN.

Représentation des flux de pratiquants dans Outdoorvsion

Proposer un outil d’aide à la décision aux acteurs impliqués dans la gestion des lieux de pratique

Le ministère chargé des Sports a confié au PRNSN, la mise en place d’une plateforme centralisant et valorisant les données GPS issues des objets connectés et applications utilisés par les pratiquants.

La plateforme Outdoorvision est le fruit d’un partenariat innovant entre des territoires, des fédérations sportives et des marques réunis dans un programme à but non lucratif dont la finalité est d’apporter des données objectives (des centaines de milliers de tracés GPS) pour nourrir les réflexions et décisions des collectivités publiques et des services de l’État dans le développement, l’aménagement et la préservation des sites de pratiques.

Elle repose sur l’engagement volontaire des pratiquants, contributeurs de la plateforme en partageant leurs traces GPS (et uniquement les tracés GPS, les autres données personnelles ne sont pas enregistrées) issues de leurs objets connectés de marque Suunto ou Garmin et des applications mobiles partenaires, à ce jour, VisoRando et VisuGPX.

Lancé le 6 octobre 2020, Outdoorvision collecte les traces GPS autour de quatre familles d’activités (courir, marcher, pédaler, skier). La plateforme – testée actuellement en Auvergne-Rhône-Alpes – héberge 250 000 tracés anonymisés, répartis sur tous les départements de la région, enregistrés en 2018, 2019 et 2020. Sans surprise, la majorité des tracés concerne la randonnée pédestre, puis par ordre décroissant le vélo, la course à pied et enfin le ski.

Voir sur la conférence de lancement Outdoorvision

« Partage ta trace », oui mais pour quel service rendu à moyen terme au pratiquant ?

Pour participer à la démarche, le pratiquant doit connecter son compte (Garmin Connect™ ou Suunto APP) avec Outdoorvision.fr ou y déposer directement ses tracés GPS de vélo (route et VTT), de randonnée pédestre, de ski (de randonnée ou ski de fond) ou de course à pied. L’ensemble des tracés des contributeurs volontaires est ensuite agrégé selon une chaîne de traitement faisant appel à différents algorithmes et à des techniques de pointe d’intelligence artificielle.

Ces données anonymisées peuvent ensuite être visualisées dans un système d’information géographique sécurisé, accessible aux collectivités locales et services de l’État. La visualisation et l’analyse automatisée des flux de fréquentations, des points de départs et d’arrivées, des zones de pauses, des itinéraires empruntés révèlent la « vie sportive » du territoire. Cette connaissance plus fine des usages au fil des journées et des saisons, permet aux gestionnaires de sites d’adapter leur offre à la réalité des pratiques outdoor.

Par exemple, les services rendus aux pratiquants sont à moyen terme :

  • un balisage optimisé et une signalétique mieux positionnée ;
  • des conflits évités avec des propriétaires privés ;
  • des accès et stationnement organisés ;
  • des voies de circulation sécurisées pour les piétons ou les cyclistes.

Que ce soit en matière d’urbanisme, de développement local, de tourisme, d’environnement ou de santé, le partage des tracés GPS avec Outdoorvision.fr permettra une meilleure prise en compte de l’usage sportif dans les politiques territoriales.

Acteurs des sports de nature, participez à la campagne de promotion #Outdoorvision en Auvergne-Rhône-Alpes !

Téléchargez le kit de communication Outdoorvision (zip) comprenant logo, communiqué de presse, post social media...

Partagez le site web Outdoorvision.fr

Identifiez vos contributions sur le web et les réseaux sociaux avec #Outdoorvision

Plus de détails sur le dispositif contactez Alexia Thevel, chargée de communication
F. 04 75 88 15 18 / P. 07 87 34 84 21
alexia.thevel@creps-rhonealpes.sports.gouv.fr

 

Partager

DÉCOUVRIR

Autres actualités pouvant vous intéresser